Photographe

Laurent Dubois

Enfant, je demeurais des heures entières au ras des flaques stagnantes que la mer découvre à marée basse. Jusqu’à perdre toute notion de temps et d’espace et me fondre littéralement au sein des micro-mondes marins contenant à mes yeux l’univers entier.

Je vivais alors l’acuité d’un rêve traversant la matière comme un lien d’appartenance au monde.

C’est ce rêve que, depuis, je tente de traduire par une approche photographique et poétique des éléments, le minéral, le bois, l’eau et le feu. Avec, pour chacun d’eux, le désir d’en exprimer les dimensions sensibles et spirituelles, au moyen de techniques à chaque fois différentes mais qui traduisent au plus profond mon ressenti de la matière. 

Ainsi, que je déploie une chambre photographique 4 x 5 inches pour ses qualités optiques incomparables, dont la mise en œuvre nécessite un temps long mais précieux pour « intérioriser » le sujet et lui donner sens, que j’exploite des procédés photographiques anciens comme la cyanotypie ou utilise la souplesse des outils numériques modernes, l’image à restituer doit s’imposer d’elle-même comme une évidence.

La pierre, le bois, l’eau, le feu nous délivrent un message originel et comme un miroir des temps anciens, reflètent ce que nous sommes. J’aime à penser que ces « appels » à la mémoire commune, par la poésie de l’image et les images de la poésie,  « restaurent ». Oui, restaurent, au sens où ils ne cherchent pas à heurter la conscience pour convaincre, mais plutôt à créer les singulières conditions de la réconciliation intérieure, identique à celle qui me traverse à l’instant du poème ou de la prise de vue.