Plasticien

MAS

Objectifs : Problématique du langage, des mots, de la lettre. Dés l’enfance, éxil dans la forme, la matière et la couleur. Transformation, ré-écriture et dé-formation. Dé-construction re-construction des lettres de l’alphabet pour leur donner une vie à part. Briseur de mots (maux), casseur de verbes, onomatopées formelles. S’opposer à la tendance d’une certaine idéologie productrice ‘euphémismes manipulatoires afin de contrôler le langage, les mots donc la pensée. déconstruire symboliquement cet usage des mots comme valeur marchande voire boursière. Affirmer un soin, une forme de résistance, de ré-actualisation de l’attention sur la langue et les mots.

Techniques : Changement de plans, variations spatiales. Plans cachés, plans vus, plans en entre-deux, superpositions. Mouvement de déplacement et changement de point de vue. Vides, pleins, courbes, contre-courbes, opacité, transparence et formes découlants du fond. Relations intrinsèques entre forme, fond, vide et plein, ombres et lumière. Eloge du bricolage, éloge du minimalisme à travers une couleur monopigmentaire à base gesso noir, format carré stabilité en contraste aux formes curvilignes qui invite aux changements de points de vue mettant le regardeur en mouvement.

Influences : Soulages pour le noir non pas comme une interrogation sur la lumière mais comme écrin valorisant mes pré-textes, comme une inversion de la blancheur de la feuille de papier de mon enfance et aussi comme une forme de négation des couleurs électroniques, Tapiès pour la libération de la matière, matériaux bruts comme le carton,  les paysages (pays-jazz) de mon enfance fait de plans successifs de dunes de sable en courbe et contre-courbes, les outils de bricolage de mon père comme jouets, les jeux de mots, ma formation d’architecte et mon désir de sortir du cadre.