Peintre

Souleimane Barry

Souleimane Barry, peintre et musicien, est né au Burkina Faso en 1980. Il a été formé à la peinture auprès d’artistes africains et européens, développant chez lui un goût pour l’éclectisme et une absence de conformisme dans l’expression de son art. Il expose dans différents salons et galeries au Burkina Faso entre 2005 et 2010, puis en France où il vit désormais.

Ses sources d’inspirations remontent à son enfance dont il conserve les émotions procurées par la lumière et la contemplation des paysages de sa région de Bobo-Dioulasso. On retrouve dans ses œuvres les couleurs chaudes de l’ocre et des pigments naturels qu’il travaille afin d’obtenir des teintes brutes et mates qu’il rehausse de couleurs plus vives en peinture ou en collage. Il qualifie lui-même son travail de « figuratif imaginaire » quelque soit le niveau d’abstraction de ses tableaux et il œuvre sans a priori sur le résultat final. il utilise autant la peinture que les matériaux de récupération, des supports divers comme le papier, la toile ou le carton sur des formats standards ou non conventionnels.

La collection présentée dans “Derniers travaux 2011-2018” tourne radicalement le dos aux travaux réalisés au Burkina Faso avant 2010 qui exploraient surtout une thématique “pastorale africaine” avec des tableaux sur les troupeaux et des œuvres abstraites aux teintes chaudes et apaisantes inspirées du Sahel.

Cette collection contemporaine, conçue dans son atelier des bords de Loire entre 2011 et 2018, est très ancrée dans une actualité politique et sociale, imprégnée des soubresauts du monde, explorant les aspirations secrètes des individus, les rêves d’ailleurs et la possibilité d’une vie autrement. Souleimane Barry multiplie ainsi les supports, utilise davantage les collages et les couleurs plus soutenues, intègre de la matière dans ses toiles pour leur donner relief et texture. Il nous invite à partager sa vision d’un monde en ébullition, une réflexion sur les migrations ainsi qu’une suite de portraits anonymes. Il combat ainsi à sa manière la vision réductrice d’une humanité en mouvement, balayant les histoires personnelles et les destins individuels et cantonnant les femmes et les hommes dans des stéréotypes sociaux (les migrants, les jeunes, les laissés pour compte…). Par ses portraits, Souleimane Barry redonne âme et singularité à ces individus.